Vers un retour du polythéisme chez les catholiques?

Il y a de cela un an ou deux, je me retrouvais dans une conversation singulière ou symptomatique – aux lecteurs de me dire – d’une certaine pratique catholique :

« Avant de coucher les enfants, nous prions les saints Louis et Zélie Martin, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et la Vierge Marie. »

Spontanément, j’étais partagé entre l’admiration d’une telle dévotion et l’inquiétude qu’elle suscitait en moi. L’admiration, car une telle vie de prière et une telle fidélité force toujours le respect : faire prier ses enfants le soir relève d’un choix courageux surtout quand ils grandissent. L’inquiétude, car dans ce défilé des saints, Dieu n’est pas présent. Aucune des personnes de la Trinité n’habitait la prière du soir.

Cette phrase me mit dans une certaine perplexité, me demandant ce qui pouvait bien se passer dans la tête des enfants. Dans une telle prière du soir, peuvent-ils distinguer un intercesseur (un saint) et Dieu lui-même ?

Il va de soi que la dévotion des saints est excellente. Il va de soi que la prière à Marie fait partie de la prière de l’Eglise. Mais en venir à ce point où la Trinité n’est plus convoquée à la prière du soir, n’est-ce pas là une dangereuse confusion entre un saint et une Personne trinitaire ? N’est-ce pas là la résurgence d’un polythéisme païen sous couvert de bonne catholicité ?

Un ami m’avait partagé que son diocèse organisait des « Soirées de guérison sainte Thérèse ». Il s’agissait de demander à Thérèse de Lisieux la guérison physique de nos malades. L’intercession des saints est bonne car nous croyons à la « communion des saints ». C’est inscrit dans notre Credo pour toujours. Mais rappelons-nous qu’à l’époque de la Rome et de la Grèce antiques, on faisait pareil : à chaque demande correspondait son dieu : le dieu de la guerre, le dieu des récoltes, … Pour nous catholiques, y a-t-il un saint pour la guérison, un saint pour trouver du travail, un autre saint pour son frigo… ?

Très souvent, j’entends parler de « grâce mariale ». Dans le fond, je comprends ce qu’on me dit. Mais théologiquement, cela s’appelle une hérésie. Marie n’est pas une déesse. Elle ne fait toujours pas partie de la Trinité. La grâce vient de Dieu seul. Là aussi, il y a confusion et elle n’est pas anodine car elle interroge l’objet de notre foi : est-ce bien Dieu seul ?

Les prophètes de l’Ancien Testament sont morts pour défendre l’avènement du monothéisme dans un polythéisme ambiant. Les Pères de l’Eglise ont pour beaucoup aussi enduré le martyr pour défendre la confession de foi au Dieu trinitaire. Et voilà qu’aujourd’hui, nous tombons dans la confusion quant à l’objet de notre foi. Pour moi, c’est bien un retour en arrière et une infidélité au seul Dieu unique, révélé en Jésus-Christ.

Cette piété catholique à tendance polythéiste est sournoise. Car bien souvent, les adeptes s’en vantent avec beaucoup d’orgueil : « moi je prie tel saint, … », « Connais-tu cette prière à tel saint ? », « Quoi ! tu ne la connais pas ? », « Sais-tu que la Vierge Marie nous a demandé de … » etc. C’est ainsi que petit à petit, ce qui est second devient premier : la dévotion à Marie et aux saints prend la place de la prière trinitaire. Subrepticement, sournoisement, orgueilleusement.

Tout ignatien que je suis, j’en appelle à réordonner les choses. D’une part, il n’y a pas de panthéon des dieux ; nous croyons en un seul Dieu : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4, 12). D’autre part, il faut réapprendre ou apprendre à prier le Père, le Fils et le Saint Esprit. Cela doit être premier dans notre prière quotidienne et personnelle. De cela, découlera pour chacun une place plus juste de la prière à Marie et de la dévotion aux saints.


4 réflexions sur “Vers un retour du polythéisme chez les catholiques?

  1. Je me pose les même questions. Le jour de la visitation, un prêtre nous disait: « Marie est corédemptrice. Sans elle, nous ne pouvons pas être sauvé. » Et en même temps il expliquait, que c’était une ligne de crête. « Marie a dis OUI par son FIAT et participe par toute sa vie au sacrifice du Christ. »
    Cela m’a laissé perplexe et interrogateur. Certes Marie a dis Oui et â une place particulière dans le plan du Salut. Mais c’est tout d’abord Jésus qui nous sauve.

    Aimé par 1 personne

    1. Le prêtre aurait du dire « Marie est corédemptrice. Par elle nous pouvons être sauvé. » Marie est un chemin qui mêne au Christ mais elle n’est pas le Christ. C’est la subtilité qui fait toute la différence 😀

      J'aime

  2. Merci pour cette article ! et surtout merci de nous laisser discuter sur le sujet 😉

    Pour moi il y a plusieurs choses :
    1) La connaissance de qui est vraiment Marie ? : Je te recommande vivement une super vidéo du frère d’Arnaud Bonnassies : Olivier Bonnassies. Qui a étudier la question de Marie. C’est très éclairant. https://www.youtube.com/watch?v=U4o3gSEDUB0&t=2227s

    2) La notion de Royaume de Dieu au Ciel : C’est à dire qu’il y a un Roi qui à autorité et des « vassaux ».

    Marie a dit, à Medjugorje le 25 mars 1988
    « Chers enfants, aujourd’hui encore, je vous appelle à l’abandon complet à Dieu. Chers enfants, vous
    n’êtes pas conscients de quel amour Dieu vous aime. C’est pour cela qu’il me [B]permet d’être avec vous[/B],
    pour vous enseigner et vous aider à trouver le chemin de la paix. Mais vous ne pouvez pas découvrir ce
    chemin si vous ne priez pas.(…) »

    De même quand on prie un Saint, Dieu permet que celui-ci agisse. Des fois par spécialisation.

    Par exemple le mystérieux escalier du couvent Loretto, construit par St Joseph https://fr.aleteia.org/2016/07/29/le-mysterieux-escalier-construit-par-saint-joseph/

    Ce n’est pas que Dieu ne peu pas agir par lui même, mais comme un Roi envoie un ministre ou un vassal ou un chevalier, ce dernier agit au nom de Dieu et du Royaume et non pas en son propre nom.

    Pour moi, pour cette dernière phrase, c’est exactement pareil que la « prière des Frères » ou les soirée guérison que l’on organise. Dieu passe par une personne qui a la Foi, et l’amour nécessaire, pour passer à travers lui. Dans la communion de l’Église sur Terre mais aussi au Ciel. Car Dieu, n’étant pas affecter par le temps et l’espace, son Église « Universel » l’est aussi (ça c’est moi qui le dit)

    D’ailleurs, en parlant d’autorité, Marie demande souvent à ce que l’on respecte l’autorité de l’Église
    Juillet 1981
    « Faites bien ce qui est votre devoir et ce que l’Eglise demande d’accomplir »

    En conclusion, pour ma part, je pense que si les chrétiens n’étaient pas si divisé et si peu actif pour l’avénement du Royaume de Dieu, Dieu n’aurait pas recourt à envoyer tous ses héros de la Foi pour venir nous aider. Si il le permet c’est qu’on en a vraiment besoin.

    Il faut donc remettre les choses à sa place, c’est vrais, mais à sa juste place. 🙂

    Frat
    Ben

    J'aime

  3. On ne peut pas dire que Marie est co-rédemptrice, car ce mot l’a met sur un plan d’égalité avec Jésus. Or elle est une créature et non le créateur. Le fait qu’elle ait dit son Fiat ne l’a fait pas changer ontologiquement de nature. Elle reste humaine. Elle n’a qu’une seule nature, à la différence du Christ qui en a deux.
    Son Fiat permet le salut, mais ne nous sauve pas.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s